Non à une Europe sous influence, oui à une Europe citoyenne !

, popularité : 43%

Après de nombreuses discussions et débats, nous avons décidé d’écrire cet article qui nous semble d’une importance vitale pour l’avenir et le bien-être de nos enfants, des citoyennes et citoyens européens.

Oui à une Europe sociale du citoyen et non à une Europe dominée par la finance et les grands groupes d’intérêts privés !

Les membres de l’Alliance francophone pour la santé la paix et la justice sociale sont pour la construction d’une Europe unie mais ils restent très attentifs au fait qu’elle ne peut réussir qu’avec l’accord de citoyens qui refusent d’être transformés en marchandise.

Né d’une mouvance multiculturelle et aussi à l’initiative de quelques membres de l’association Ecoculture, l’Alliance s’insurge contre toutes les initiatives qui voudraient réduire l’Europe en un immense marché financier d’où disparaîtrait toutes diversités culturelles, sociales et religieuses.

Nous voulons donc une Europe qui permet à différentes nationalités et cultures de s’associer pour atteindre des buts communs et une identité commune.

Nous devons donc rester vigilant car l’historique de l’union européenne est trop souvent confondue à la construction d’un grand marché dirigé par de grands groupes multinationaux ; de grandes entreprises commerciales.

L’idée de CEE, Communauté Economique Européenne allait bien dans ce sens. Et celle-ci a bien été en partie conçue, commanditée et construite pour servir les intérêts privés de mutinationales.

La preuve en est que plus de 45 multinationales gèrent le monde des affaires européennes et nous devons rester très vigilent pour que le politique ne se laisse pas corrompre et dominer.

En cette matière, la Table ronde des industriels européens (en anglais European Roundtable ou ERT) est l’organe le plus présent et le plus influent.

Depuis des centaines d’années le citoyens ont verser des milliards d’impôts pour construire certains services publiques et biens communs qui appartiennent à la communauté. Et ceux-ci ne peuvent être détournés à des fins privées (voir la fallite de la Sabena et bien d’autres...).

Pourtant la Commission Européenne qui gouverne l’Union Européenne est composée de membres qui ne sont pas élus par la voie démocratique.

De plus, le public n’est pas informé de leurs décisions et une grande partie du pouvoir des états est abandonné à cette Commission qui n’est donc soumise à aucun contrôle démocratique.

A l’heure actuelle, la législation européenne représente déjà plus de 70% des lois appliquées par les états de l’Union.

Ce gigantesque transfer de pouvoir n’ a-t-il pas été réalisé par des politiciens sous influences dans le but de faire disparaître du débat démocratique l’essentiel des décisions économiques, sociales, et environnementales ?

A vous la parole en répondant librement à cet article et la suite dans quelques mois...